Carrières > Accès au corps > Accès par promotions > Reclassements TSDD : la sanction PPCR pour les nouveaux ITPE promus !

Reclassements TSDD : la sanction PPCR pour les nouveaux ITPE promus !

Suite à la mobilisation spontanée des lauréats de l’examen professionnel et des inscrits à la liste d’aptitude, et à l’intervention du SNITPECT-FO durant l’été 2017, le DRH vient de communiquer sa réponse à notre courrier d’août 2017, après avoir consulté la DGAFP.

L’administration a simplement admis que la carrière des agents promus existait avant la création du corps des TSDD en 2012 !

Pour les agents actuellement promus, il ne s’agit pas d’une avancée mais simplement de l’évitement d’une « catastrophe industrielle » sur les conditions de reclassement dans le corps des ITPE, directement liée à l’application du protocole minoritaire PPCR.

Et, pour les futurs promus ITPE qui auront été recrutés directement dans le corps des TSDD, la sanction est validée et elle est lourde !

Que ce soit pour les générations actuelles ou futures, cette réponse constitue une régression caractérisée par rapport aux principes obtenus en 2015 et une atteinte à l’attractivité du corps des ITPE ; elle n’est pas admissible !

Avec cette réponse, l’administration avec un petit « a » montre qu’elle va désormais prendre ses ordres auprès de l’Administration avec un grand « A » ! et bien entendu, cela n’est guère favorable aux agents.

Notre administration minuscule a donc renoncé à appliquer les conditions favorables de reclassement de la note de gestion de 2015 : c’est bien le protocole d’accord minoritaire PPCR, promu par l’Administration majuscule, qui a emporté cet important recul pour les promus dans le corps des ITPE.

Pire, notre administration renonce sciemment à aménager un dispositif transitoire pour les promus au titre de 2017, qui s’étaient engagés dans leur évolution de carrière sur la base de conditions de reclassement plus avantageuses !

Le SNITPECT-FO n’acceptera pas que les nouveaux entrants dans le corps des ITPE soient maltraités de la sorte par un simple correspondant ministériel des ressources humaines, inféodé à la DRH de l’État.