Carrières > Rémunérations > Généralités sur les rémunérations > Hausse de la CSG : une indemnité fictivement compensatrice … qui périme en 2019 !

Hausse de la CSG : une indemnité fictivement compensatrice … qui périme en 2019 !

Le Gouvernement a décidé de la hausse de 1,7 point de la contribution sociale généralisée (CSG) au 1er janvier 2018. En contrepartie :

  • la contribution exceptionnelle de solidarité (CES) de 1 % est supprimée,
  • et une indemnité compensatrice portant sur la différence avec la rémunération de 2017 est créée.

Retrouve le décret n° 2017-1889 du 30 décembre 2017, créant l’indemnité compensatrice, ainsi que la circulaire du 15 janvier 2018, détaillant les modalités de mise en œuvre.

Dans sa lettre ouverte aux agents publics, en avril 2017, le candidat Macron déclarait pourtant : « J’augmenterai votre pouvoir d’achat, comme celui des salariés des entreprises : vous paierez moins de cotisations et votre salaire net sera augmenté d’autant. »

Le compte est donc loin d’y être : alors que le montant de la CSG augmentera au fur et à mesure de la progression de la carrière de l’agent, l’indemnité restera gelée et ne compensera que la perte de départ ! Elle ne sera réévaluée qu’une seule fois au 1er janvier 2019.

Par ailleurs, elle ne s’appliquera pas aux agents prochainement recrutés, qui gagneront donc 0,7% de moins que leurs collègues !

C’est une nouvelle mesure de perte de pouvoir d’achat des fonctionnaires qui est donc mise en œuvre ! Le SNITPECT-FO dénonce la modalités de calcul de cette indemnité fictivement compensatrice :

  • ayant vocation à devenir véritablement dégressive,
  • créant des différences et inégalités entre les agents, contribuant à l’individualisation des rémunérations.

Pour plus d’informations sur ta rémunération et notamment sur cette évolution qui entre en vigueur dès la paye de janvier 2018, consulte le simulateur de paye du SNITPECT-FO.