Employeurs > Ministère de l'Ecologie > Plan de développement managérial du MTES-MCTRCT

Plan de développement managérial du MTES-MCTRCT

Cadres du MTES, votre mission si vous l’acceptez (ou pas) : « On ne sait pas où on va, mais aidez-nous à y aller ! »

A retenir de la réunion de présentation du « Plan managérial » du MTES (consultable ICI) du 24 mai 2019 :

– Une cible qui irait du chef d’équipe d’exploitation à la SG du ministère (13 000 agents en positions de management hiérarchique et management de projets), au sein des services ministériels, Etablissements publics et DDI, mais des propositions plutôt orientées encadrement supérieur → on demande à voir !

– Un vocabulaire à mille lieux des réalités vécues dans les services et établissements : « Ensemble pour un management humain inhumain, engagé résigné et inspirant démotivant » ; « Progresser Régresser » ; « Être accompagné abandonné » ; « Co-construction démolition → si les objectifs de ce plan sont avérés, il y a donc un sacré boulot !

– Un plan de 11 actions allant de la mise en partage de « repères managériaux », de formations relatives au management aux moments clés du parcours professionnel (basé sur des formateurs internes – FO s’en félicite), de dispositifs de soutien aux « managers », d’accompagnement des « cadres dirigeants » → aucun bilan des actions déjà existantes, aucune visibilité sur les moyens qui y seraient consacrés

– Une fâcheuse tendance à renvoyer à des dispositifs reposant sur l’individu et sur sa capacité à s’inscrire dans le « bon réseau » (la chasse au « mentor » le plus gradé est lancée!), le tout en dehors du temps de travail !!! → à chacun de trouver le sens de son action pour pallier aux piétinements du sens collectif

– Aucun indicateur de suivi du plan d’action et des moyens

– Un calendrier plus que serré

 Les demandes de FO pour que ce plan ne soit pas qu’une réponse à la mode du « soyons disruptifs dans la start-up nation », « jetons aux orties les dispositifs collectifs » et « amenez vous mêmes votre sens.com » :

– le renforcement des outils et lieux de gestion collectifs plutôt que le développement de palliatifs susceptibles de déboucher sur des systèmes basés sur la cooptation et l’arbitraire

– la remise en place de réseaux métiers sans miser sur le « tout électronique »

– la facilitation de la fluidité des parcours professionnels : valorisation des fonctions de direction de projet, retrait des systèmes de rémunérations basés sur la cotation de poste, ouverture de l’accès à tous les postes d’encadrement supérieur sans frein statutaire

– permettre aux cadres de se former et d’avoir accès aux outils et dispositifs mis en place par l’administration sur leur temps de travail

– un cap politique engageant dans la durée nos ministres sur la pérennité des missions, des moyens et des structures, seul à même de conserver la crédibilité de l’encadrement à tous les niveaux

– la consultation des instances compétentes (CTM/CHSCTM/CMFP) sur ce plan

Pour voir les points portés en introduction par FO, c’est ICI.