Carrières > ENTPE > Gouvernance de l'ENTPE (Conseil d'Administration,...) > Conseil d’Administration de l’ENTPE du 27 septembre 2011

Conseil d’Administration de l’ENTPE du 27 septembre 2011

Lors de ce Conseil d’Administration, le SNITPECT-FO a permis à l’ensemble des parties prenantes de l’ENTPE de découvrir le projet toxique développé par l’administration et qui met en péril l’avenir même de l’école.

Déclaration préalable
Conseil d’Administration de l’ENTPE
27 septembre 2011

Je voudrais aujourd’hui alerter solennellement les membres de ce conseil d’administration.

Le projet de fusion des corps d’ingénieurs préparé par les administrations du MEDDTL et du MAAPRAT est maintenant sorti du bois.
Le SNITPECT-FO avait depuis quelque temps dénoncé ce projet en indiquant qu’il n’avait aucun sens. Malheureusement, nous avions tort. Ce projet a un sens : celui de détruire les corps actuels d’ingénieurs et de les remplacer par une expertise académique d’exécution, découplée de tout lien avec les missions et le terrain et de toute possibilité d’évolution.

Ce projet, quel est-il ? L’administration vient d’en dévoiler les grandes lignes.

– Déconnecter l’obtention des diplômes d’ingénieurs de la titularisation dans la fonction publique de l’Etat, en créant une « post formation » dont l’objectif sera de déterminer quels seront les lauréats à l’entrée dans la FPE.
– Créer un cadre d’emploi regroupant l’ensemble des fonctionnaires recrutés.
– Ouvrir très largement le recrutement sur titres, laissé au libre choix des maisons d’emploi.
– Enfermer ces fonctionnaires dans un statut d’exécution en régression, sans possibilité de développement ou de positionnement sur des postes à responsabilités.
– Gérer ce cadre d’emploi a minima, par plusieurs CAP et des chartes de gestion réparties par maison d’emploi, niant de fait l’idée même de corps.

Il apparaît maintenant très clairement que l’administration veut mettre fin au principe d’élèves fonctionnaires, recrutés dès l’entrée à l’école, rémunérés, et intégrés de fait dans la FPE. Comme pour la FPT, elle veut se laisser la possibilité de choisir au tout dernier moment le nombre de recrutements et le domaine de spécialisation, faisant au passage l’économie de trois années de salaire et de cotisations retraite.

Pour une école comme l’ENTPE nous savons ce que cela signifie. L’expérience de la filière civile, qui n’a jamais été en mesure d’alimenter correctement la FPT, est à ce titre éclairante. C’est donc à terme le transfert de l’école sous tutelle du ministère de l’Education Nationale, la fin de sa spécificité d’école du service public, la baisse du niveau de recrutement et de l’attractivité. C’est à terme peut-être bien la fin de l’école, et son premier contrat d’objectif pourrait être aussi le dernier.

Il apparaît maintenant très clairement que l’administration veut créer un cadre malléable d’emploi d’exécution, sans ambition autre que de répondre aux injonctions d’un corps dirigeant, celui d’administrateurs techniques. La régression dans le projet statutaire est édifiant.

C’est la remise en cause des évolutions du corps des ITPE depuis de nombreuses années, qui ont bénéficié non seulement aux ingénieurs des TPE, mais aussi aux missions et aux services, par une dynamique de progression des compétences individuelles et collectives.
C’est la remise en cause de l’idée qu’un corps peut occuper plusieurs niveaux de fonction, capitalisant à chaque niveau les expériences et les savoir-faire, pour dégager un potentiel de directeurs formés sur le terrain. Le corps des ITPE avait pourtant démontré par les faits tout l’intérêt de ce type de fonctionnement.
C’est le retour à une fonction publique sclérosée, stratifiée, bureaucratisée, impuissante.

Nous, ingénieurs des TPE, qui étions opposés à un projet sans sens ni ambitions, nous entrons maintenant en guerre contre ce projet funeste et dévastateur.

Les représentants SNITPECT-FO au Conseil d’Administration de l’ENTPE
_
_
_
_
_
_
_

Retrouvez ici les propositions (indécentes) de l’administration.

Laisser un commentaire