Carrières > ENTPE > Gouvernance de l'ENTPE (Conseil d'Administration,...) > Vidéo du discours de Nathalie Kosciusko-Morizet à l’ENTPE le 14 avril 2011

Vidéo du discours de Nathalie Kosciusko-Morizet à l’ENTPE le 14 avril 2011

L’intervention de la ministre lors de sa visite à l’ENTPE est disponible ci-desssous :

Nathalie_Kosciusko-Morizet|player

Certains messages important ont été commentés par le SNITPECT-FO :

« contrat d’objectif premier du genre, et il est ambitieux  » :
il nécessitera les moyens nécessaires à mettre en place par le ministère.

« évolution du métier d’ingénieur face au défi de la transition écologique » :
l’évolution est déjà en cours depuis fort longtemps à l’ENTPE.

« les formations ont bien rattrapé la société » :
l’ENTPE n’a donc pas à rougir de sa formation et de son adéquation avec les enjeux actuels du développement durable

« ancrer l’établissement dans le monde professionnel qu’il soit du domaine public ou du domaine privé, en France comme à l’international »
« appuyer l’enseignement sur la recherche » :

C’est une des revendications du SNITPECT-FO, qu’il a porté au niveau du Conseil d’Administration. La recherche est là pour accompagner l’enseignement du métier d’ingénieur.

« la recherche a besoin de temps et de liberté » :
y compris dans les CETE, et donc de moyens pour s’inscrire dans un temps qui n’est pas celui du rendement à court terme.

« ouvrir les recrutements pour les diversifier » :
en maintenant toujours le niveau d’exigence de qualité

« répondre aux besoins de formation des cadres du ministère qui se sont accrus »
avec en priorité, pour une école d’ingénieurs, les cadres et cadres supérieurs techniques. Ce qui nécessite donc des moyens d’accompagnement de la formation adaptés et renforcés. Qu’en est il du cycle supérieur du management, par exemple, transformé en cycle supérieur du développement durable ? Comment, l’école, qui a conçu et développé ce cycle, est elle devenue simplement un « partenaire » de l’IFORE pour l’actuel cycle ?

« le contrat témoigne de la confiance que le ministère vous porte » :
confiance qui devra être appuyée sur des éléments concrets en particulier au niveau des moyens.

« nous nous engageons à un recrutement annuel d’au moins 100 élèves ingénieurs par le biais du concours externe qui restera la voie principale d’entrée dans le corps » :
engagement noté, en particulier les recrutements internes ne peuvent devenir, même ponctuellement, majoritaires.

« signature du contrat avec le CNFPT qui renouvellera celle du premier avril 2009 et qui s’inscrira dans la même logique » :
nous revendiquons un travail pour la création d’un véritable débouché d’ingénieurs formés à l’ENTPE vers la fonction publique territoriale.

« j’ai décidé de renforcer l’animation de notre réseau (d’écoles) au delà des partenariats thématiques et locaux »
« mission est confiée à une petite équipe qui est constituée au sein du SG pour franchir un palier supplémentaire pour aider toutes ces écoles à accéder par exemple à une meilleure notoriété internationale » :
Nous attendrons de savoir ce qu’il y a de concret derrière ces affirmations.

« en ce qui concerne les ingénieurs de l’Etat … c’est un sujet sensible, »  » la fusion des corps est toujours quelque chose de compliqué » « un corps d’Etat a une identité forte », « d’ici 2013, quatre corps devraient être fusionnés » :
quelques affirmations (prudentes) sur la fusion des corps. La ministre a compris que le sujet était « sensible » et « polémique ». Elle reste donc prudente et emploie le conditionnel. Effectivement, la conclusion de ce dossier reste soumis à de nombreux préalables, et nous n’avons pas manqué de lui remettre notre dossier « InFOfusion » (disponible ici réalisé par les ingénieurs FO des quatre corps concernés aujourd’hui par le dossier de l’administration.

« je voudrais que la préparation de cette fusion soit l’occasion d’un dialogue renouvelé entre ces écoles »
« l’ENTPE forme la majeure partie des élèves fonctionnaires du futur corps », « l’ENTPE sera naturellement associée de manière privilégiée à la réflexion sur ce sujet » :

Là encore, la prudence est de mise, nous en sommes à une phase préparatoire. Compte tenu de l’impréparation notoire de la fusion IGREF/IPC, la ministre fait preuve de grande sagesse.
La place de l’ENTPE apparait comme privilégiée. Il conviendra de veiller à ce qu’elle le reste.

Laisser un commentaire


Documents liés