Carrières > Parcours professionnels - mobilité > LDG au MTES-MCTRCT : passage en force du volet « mobilité » au CTM

LDG au MTES-MCTRCT : passage en force du volet « mobilité » au CTM

Lignes « destructrices » de gestion : la fuite en avant du MTES-MCTRCT pour finir bon dernier en interministériel !

Non, les Lignes Directrices de Gestion ne remplaceront pas les CAP « Mutations », instances qui ont permis pendant plus de 70 ans de traiter les mobilités des personnels dans un cadre transparent et égalitaire. Pour autant, FO ne saurait rester en retrait des débats relatifs au contenu des lignes directrices de gestion ministérielles, dès lors qu’elles pourraient aggraver les effets induits par la loi dite de « transformation » de la Fonction Publique.

Les orientations prises par la DRH du MTES-MCTRCT (retrouve les décryptages complets de FO) dirigent, en effet, le ministère à nouveau en position de bon dernier, en interministériel ! (retrouve l’analyse comparative réalisée par FO)

Aussi les propositions d’amendements de FO sur les lignes directrices de gestion « mobilité » du MTES marquent notre opposition farouche à toute gestion opaque et arbitraire des décisions individuelles, et nos revendications pour le rétablissement de processus de mobilité garantissant l’efficacité, la transparence et la possibilité pour les agents et les employeurs de continuer de développer les compétences collectives nécessaires.

Les réponses apportées à ces amendements, lors du CTM du 8 janvier 2020, étaient attendues pour que la nouvelle SG du MTES-MCTRCT (alertée sur ce sujet dans un courrier de FO du 20 décembre 2019) démontre une volonté renouvelée de rétablir un dialogue social ministériel allant dans le sens de l’intérêt des agents.

Plutôt que de sortir de la spirale infernale entamée il y a 3 ans pour rendre le MTES-MCTRCT le moins attractif des ministères en interministériel, la position de fermeture affichée par l’administration a abouti à ce que l’ensemble des organisations syndicales quittent prématurément le CTM.

Le chemin sera encore long pour faire entendre raison à une administration qui semble avoir perdu la boussole pour son « pôle ministériel » pourtant longtemps pionnier dans les bonnes pratiques de gestion de ses agents et de ses services !