Rachat des jours de RTT

Le gouvernement a autorisé la « monétarisation » de 4 jours de congés 2007 pour les détenteurs de comptes épargne temps. Cette mesurette est scandaleuse à plus d’un titre.
Le gouvernement a autorisé la « monétarisation » de 4 jours de congés 2007 pour les détenteurs de comptes épargne temps. Il s’agit d’une des mesurettes proposées par le ministre du Budget et de la Fonction publique soi disant pour améliorer le pouvoir d’achat des fonctionnaires. Elle est scandaleuse à plus d’un titre :

– N’étant accordée qu’aux détenteurs de CET (15% des agents de l’ex-Equipement à la fin 2005 et moins d’un cadre sur deux), elle est profondément inégalitaire. Encore faut-il préciser que même les détenteurs de CET ne pourront pas tous en bénéficier puisque les jours déjà déposés sur le compte ne sont pas concernés. La monétarisation du CET n’est donc qu’un leurre.

– Cette mesure n’est valable que pour 2007. Autant dire que dès qu’il s’agit de la fonction publique, le fameux « travailler plus pour gagner plus » a bien du mal à se concrétiser. D’ailleurs, on se demande si le contournement du décret par certains services qui ont autorisé leurs agents à ouvrir en catastrophe des CET vise à faire bénéficier le plus de monde possible de la mesure ou s’il n’est pas plutôt une manœuvre pour inciter à la multiplication des CET, ce qui pour l’administration se traduira à terme par « faire travailler plus pour payer pareil »…

– Le prix fixé forfaitairement pour ces jours est inacceptable. Sur le principe d’abord, car on ne voit pas au nom de quoi il faudrait forfaitiser : l’administration a par définition toutes les données pour pouvoir payer à chacun a minima le prix normal de sa journée de travail ; et s’agissant d’heures supplémentaires, il n’eût pas été aberrant (c’est un euphémisme) qu’elles soient mieux payées. Sur le montant ensuite : il ne correspond même pas au salaire pour une journée de travail d’un ITPE au 1er échelon ! De qui se moque-t-on ?!! Le gouvernement vient donc d’inventer les heures supplémentaires payées moins chères que les heures normales !!! Il s’agit donc bien de « travailler plus pour gagner moins » !

– Mieux : ces heures supplémentaires ne bénéficient pas même du dispositif de défiscalisation mis en place par ailleurs. C’est donc clair : les fonctionnaires sont taillables et corvéables à merci.

– Le comble : cette mesure devrait être mise en place à masse salariale constante ! Autrement dit, cela a toutes les chances de se faire au détriment des mesures catégorielles. Une fois de plus, on joue de mesures individuelles contre le collectif. Il s’agit donc de prendre à Paul pour habiller Jacques.

En réalité, le gouvernement prétend faire des concessions tout en cherchant à reprendre d’une main ce qu’il a donné de l’autre. On le voit d’ailleurs bien dans les DIR où la défiscalisation des heures supplémentaires s’accompagne de la mise en place d’une organisation en 2×8 ou 3×8 qui tend à limiter ces heures supplémentaires à la portion congrue.

L’objectif, le vrai, est donc bien de dresser un pitoyable écran de fumée pour cacher le refus de discuter de toute mesure générale d’augmentation du point d’indice et, pour ce qui concerne plus spécifiquement les ITPE, du point d’ISS. On cherche de la sorte à leurrer l’opinion publique et les fonctionnaires qui en seront dupes, en prétendant une fois de plus, contre toute évidence, que l’on a augmenté le pouvoir d’achat des fonctionnaires.

Le SNITPECT n’a évidemment pas souhaité appeler à contester la mesure tant il est vrai que la perte de pouvoir d’achat des ITPE de ces dernières années ne permettra pas à nombre d’entre eux de refuser l’obole que nous fait le gouvernement. Mais, de surcroît après le camouflet du 15 octobre sur le dossier de l’ISS (voir le communiqué « Qui sème le vent… »), il convient que chaque ITPE ait à l’esprit la réalité de la situation que ne doit pas cacher une trop habile communication.

Raison de plus pour se mobiliser massivement le 20 novembre et au delà !…

Laisser un commentaire