Carrières > Retraite > Le coin du retraité > Le coin du retraité – Juin 2005

Le coin du retraité – Juin 2005

par Désiré Estay
_ Délégué national des retraités
Profitant de la réforme sur les retraites, un décret paru au mois d’août 2004 supprimait pratiquement la pension de reversion pour une majorité de veufs et de veuves de retraités.
_ La réaction ferme et immédiate des confédérations syndicales a contraint le Gouvernement à retirer son texte mais il est à craindre que dans l’avenir la pension de reversion perde son caractère de droit contributif pour prendre la forme d’une allocation différentielle révisable chaque année.

Espérons que les modalités d’application qui seront prises prochainement ne conduisent pas à une nouvelle réduction des droits à pension de reversion.

Si l’action syndicale a permis, pour le moment du moins, de repousser cette menace, malheureusement d’autres mesures touchent de plein fouet les retraités. La réforme de la branche maladie de la Sécurité Sociale caractérisé par la hausse de la CSG et du forfait d’hospitalisation sera une fois de plus payé par les salariés actifs et retraités. Inéluctablement nos mutuelles seront amenées à majorer nos cotisations. Tout cela va dans le sens de la réduction de notre pouvoir d’achat.
_ L’année 2005 (et probablement les suivantes) s’annonce donc difficile. Par ailleurs, la population française continue à « vieillir ». Désormais 21,8 % de la population métropolitaine a dépassée 60 ans.
_ En matière de retraite et de santé, pour ne parler que de cela, nous ne faisons qu’entrer dans le vif du sujet. Les politiques à venir devront être ou imaginatives ou contraignantes, ou les deux à la fois, mais quoi qu’il arrive, courageusement sociales et égalitaire.

Les ingénieurs des TPE qui se trouvent alors dans la « partie haute » des rémunérations de retraites sont évidemment plus exposés que les ayants droits du bas du tableau. Cependant, mes chers camarades, vous savez tous que nous ne sommes pas des privilégiés. La plupart d’entre vous a cotisé 40 ans (ou plus) bien avant que la mesure devienne obligatoire ; aucune de nos indemnités n’est prise dans le calcul de notre pension et le montant de celle ci ne représente guère plus de la moitié de notre dernier traitement.
_ Aujourd’hui les nouvelles accélérations du statut des ITPE ne seront plus répercutées sur les retraités du fait de la loi de 2003.
_ Pire encore, le ministre de la Fonction Publique, lors d’un déjeuner, le 20 octobre 2004, au restaurant Pépiba, (avenue des Champs Elysées) au cours d’un forum de la Fondation Concorde osait déclarer : « Les retraités de la fonction publique ne rendent plus de service à la nation. Ces gens là sont inutiles, mais continuent de peser très lourdement. La pension d’un retraité c’est presque 75% du coup de fonctionnaire présent. Il faudra résoudre ce problème ». Le discours du ministre contenant cette citation est resté plusieurs semaines sur le site web de la Fondation Concorde.

Cette situation confirme qu’en permanence nos retraites et notre pouvoir d’achat sont menacés. L’action syndicale contribue à nous défendre et à faire reculer voire supprimer certaines échéances défavorables même si des menaces demeurent.

Afin de rester combatif et de pouvoir intervenir en faveur des conditions des ingénieurs TPE retraités, le SNITPECT poursuit son adhésion et ses actions avec les organisations nationales de retraités UFR-FO et la FGF-FP, cette dernière restant sans appartenance avec les grandes centrales syndicales.

Avec vous, nous resterons vigilants.

Désiré Estay

Laisser un commentaire