Fusion des corps : Ecoles en danger

A l’occasion du Conseil d’Administration de l’ENTPE du 6 décembre 2011, les représentants du SNITPECT-FO ont alerté les membres du CA des conséquences du projet de fusion de l’administration sur l’école.

Déclaration des représentants du SNITPECT-FO au CA de l’ENTPE le 6 décembre 2011

Monsieur le président,
Mesdames et messieurs les administrateurs,
Madame la représentante du ministère,

Le 29 juin 2010, les ITPE ont manifesté en masse lors de la plus grande manifestation de leur histoire. Ils ont manifesté leur colère face au manque d’avenir de leur ministère et l’absence de vision et de reconnaissance pour les missions confiées au corps des ITPE.

Mais depuis, les éléments d’avenir du ministère, notamment ses missions et son management, n’ont pas été confortés et le ministère n’a pas obtenu les arbitrages nécessaires à l’évolution ambitieuse du corps.

Cependant, le MEDDTL avance sur un dossier de fusion de corps construit sur de simples considérations de gestion, sans se préoccuper du sens, de l’objectif à poursuivre, de la pertinence du périmètre, des avancées de positionnement et de recrutement à prévoir.

Trop de questions restent sans réponse, trop d’éléments de discrimination défavorables aux ITPE apparaissent dans les services. Leur liste est très longue et significative ; ils constituent un faisceau de signaux extrêmement négatifs et laissent augurer une gestion catastrophique du dossier de fusion, alors même que les ITPE seraient prêts à s’investir dans un projet ambitieux, un projet qui procure une dynamique aux missions et au futur corps pour construire la France de demain.

Les enjeux du développement durable dans notre pays méritent mieux que le manque cruel d’ambition du MEDDTL envers ses missions d’aménagement et de développement et envers son corps d’encadrement majoritaire.

Et c’est bien la raison de la mobilisation sans précédent des ITPE derrière leur syndicat lors des élections du 20 octobre, où le SNITPECT-FO a franchi pour la première fois de son existence la barre des 80 %. Oui vous avez bien entendu plus de 4 ingénieurs des travaux publics de l’Etat sur 5 se reconnaissent dans l’action du SNITPECT-FO, dans son expression, aujourd’hui dans son combat au service des missions de leur ministère.

Monsieur le président, mesdames et messieurs les administrateurs, madame la représentante du ministère, aujourd’hui les ITPE vous expriment par notre voix leur indignation et leur inquiétude notamment sur l’avenir de l’école qui, malgré une ouverture de plus en plus grande vers la formation d’élèves non fonctionnaires, reste intimement lié à celui du corps des ITPE et le serait tout autant à celui d’un futur corps fusionné qui lui succéderait.
En effet, le mode de recrutement prévu (consultable sur le document projet de futur statut produit par l’administration) porte le germe de la fin d’élèves ingénieurs fonctionnaires, et donc impacte durement l’avenir de l’ENTPE :

– Le recrutement sur titres (à la sortie de l’école) va prendre des proportions considérables, sans commune mesure avec les besoins réels de compétences spécifiques et rares qui ne sauraient être produites ni à l’ENTPE, ni dans une autre des écoles des corps fusionnés.
– La possibilité de recruter « en cours de formation » des élèves ingénieurs fonctionnaires en puisant dans le potentiel des élèves ingénieurs civils, marque la fin du recrutement d’élèves fonctionnaires en entrée d’école.
– La déconnection, enfin, de la titularisation avec l’obtention du diplôme est un élément fort actant la fin du lien corps d’ingénieurs fonctionnaires / ENTPE.

Qui croira en effet que ce ministère, qui traite ainsi les agents de son principal corps de cadres techniques, soutiendra longtemps l’école qui en constitue (et en constituerait encore majoritairement après fusion) le creuset ?

L’ENTPE a signé cette année son premier contrat d’objectifs avec le MEDDTL : qui nous garantira aujourd’hui que ce ne sera pas le dernier ?

Laisser un commentaire