Carrières > Statut corps des ITPE > Projet de fusion des corps d'ingénieurs 2011/2012 > FUSION des ingénieurs: Un ersatz de projet a été présenté au séminaire des DDT(M) le 23 mars

FUSION des ingénieurs: Un ersatz de projet a été présenté au séminaire des DDT(M) le 23 mars

Si l’administration ne prend toujours pas le temps de développer une ambition et une finalité à ce projet de fusion, la machine est malgré tout en marche! Le calendrier et la méthode de travail se précisent sans échanges avec les organisations syndicales (voir ici le diaporama diffusé devant les DDT(M)). Cette présentation ne montre aucune ambition pour le futur corps et se limite en filigrane aux objectifs suivants :
avoir à sa disposition un corps de 10 000 ingénieurs pour remplis les postes vacants
– des règles de gestion simplifiées et harmonisées

Le reste n’est que poudre aux yeux.

Si le nombre de 10 000 donne le vertige, n’oublions pas que ces 10 000 ingénieurs existent déjà !! Leurs compétences, déjà pluridisciplinaires, déjà équilibrées entre expertise et profil généraliste, déjà présentes dans tous les ministères et dans la fonction publique, déjà très adaptées aux besoins des services (les directeurs sont unanimes), sont déjà à la disposition des employeurs comme les DDT(M).

La fusion n’y changera rien, elle présente surtout des risques de remise en cause de nos spécificités et nos identités. En particulier la fusion ne règlera pas le problème des postes vacants, sauf à insérer dans la gestion du futur corps de nouvelles contraintes à la mobilité…

C’est bien la seule finalité du projet actuel de fusion qui apparaît clairement: l’administration veut harmoniser et simplifier nos règles de gestion. Dans quel but? Nos règles de gestion sont le fruit de décennies de réflexion et d’expérience sur la construction de nos carrières, elles garantissent l’adéquation permanente entre nos compétences et nos missions. Les harmoniser revient inévitablement à nier et casser les spécificités de chacun des quatre corps concernés.

Ainsi, on comprend mieux la phrase de conclusion: « un corps de plus de 10 000 ingénieurs… et demain, quelle adhésion d’autres corps? ». Le projet actuel de fusion des ITPE, IAE, ITM et ITGCE ne peut pas avoir de sens, il ne peut pas se structurer autour d’une identité commune forte, puisque l’administration l’envisage comme un corps « fourre-tout ». Demain, quiconque acceptera d’adhérer aux nouvelles règles de gestion communes pourra rejoindre notre communauté; c’est la gestion qui prime et peu importent les métiers et compétences! Cela explique que le MEDDTL puisse envisager d’y intégrer le corps des inspecteurs des affaires maritimes (dont seulement certains sont ingénieurs) et que le MAAPRAT y intègre déjà des agents de ses établissements publics, dont la formation est tout sauf technique et scientifique !

Télécharger le diaporama ci-contre à gauche

Laisser un commentaire