Fusion ou confusion ?

Non non non ! Il n’est pas question que la fusion des corps conduise à un alignement par le bas, l’administration nous le garantit ! Malheureusement, le JO du 13 juin ne fait qu’accroître notre scepticisme… Les ITGCE – ingénieurs de l’IGN– avec qui l’administration a décidé de nous fusionner (ainsi que les IAE de l’agriculture et les ITM de Météo-France), viennent d’obtenir un nouveau statut, publié au JO du 13 juin. Ce statut correspond à une mise à niveau avec le statut 2005 des ITPE.

Nous sommes très contents pour les ITGCE, mais extrêmement inquiets pour les ITPE !!

Rappelez-vous les propos de l’administration : si le projet de nouveau statut des ITPE (avec amélioration du 1er grade et création du 3ème grade) n’a pas eu de suite en 2009, c’est que soit-disant la Fonction Publique demandait la fusion des corps d’ingénieurs en échange de toute amélioration statutaire.

Etrangement, ce principe ne s’applique pas pour tous les corps !! Les ITGCE ont réussi à obtenir un nouveau statut AVANT la fusion, c’était donc possible pour les ITPE : l’administration nous a menti, elle ne voulait tout simplement pas porter notre dossier…

Alors où est la logique ? On a beau chercher une vision optimiste, on ne trouve qu’une seule clé de lecture : l’administration aligne les corps à faible contingent sur le niveau des ITPE ou des IAE, et se prépare ainsi à une fusion toute simple, sans même ouvrir un chantier statutaire.

La fusion de plusieurs corps de même statut peut être prononcée par un simple décret « express », et cette hypothèse est tout à fait compatible avec le calendrier affiché (parution du statut en début de 2011…).

Les ITPE comme les IAE n’obtiendraient alors aucune des avancées promises par leur ministère !!

Au contraire, on peut craindre un nivellement par le bas sur tous les sujets, pas seulement le statut : l’indemnitaire, les niveaux de fonction, la gestion du corps (promotion, mobilité, …), etc.

Cela démontre à nouveau le peu d’intérêt que l’administration porte à cette fusion, qui pourrait pourtant être une belle réussite avec un peu d’ambition.

Conclusion : Nous devons éviter de tomber dans le piège de l’endormissement, et refuser le rythme que l’administration veut nous imposer pour la fusion. C’est MAINTENANT que nous devons réclamer des garanties préalables à la fusion !

Nous devons réagir collectivement très vite et très fort pour mettre la pression le plus tôt possible : les seules avancées que nous obtiendrons le seront sous la pression et avant la fusion.

Laisser un commentaire