Les 12 candidats à la CAP

Le SNITPECT-FO présente sa liste de 12 candidats pour les élections à la CAP du 20 octobre 2011.
P1100870def_longueur_tres_petit

De gauche à droite:
Georges Kuntz, Nadia Jacquot, Alberto Dos Santos, Claire Boulet-Desbareau, Yves Legrenzi, Thierry Latger, Eric Hennion, Fabienne Carmignani, Evelyne Hoden, Stéphanie Pascal, Véronique Chandelier, Damien Courbe.

Claire Boulet-Desbareau

A travers un parcours de généraliste de domaine en eau, environnement, risques, j’ai commencé mon parcours professionnel en administration centrale de l’ex-ministère de l’écologie, puis en service navigation et enfin en DDAF du Gard fusionnée ensuite au sein de la DDTM. Je suis aujourd’hui en charge du suivi des programmes d’action de prévention des inondations dans le Gard.
Je me suis toujours impliquée syndicalement en tant que secrétaire de section, déléguée fonctionnelle environnement, et élue à la CAP depuis 2006.
Les attaques contre la gestion et plus généralement contre le corps n’ont jamais été aussi virulentes, alors même que les agents souffrent déjà du manque de lisibilité et de sens et qu’ils ont plus que besoin de réussir à concilier vie personnelle et vie professionnelle.
C’est pourquoi je suis candidate sur un troisième mandat d’élue à la CAP pour défendre les intérêts individuels et collectifs des ITPE, et tout particulièrement l’égalité de traitement dans un monde où les règles ne sont plus écrites et changent selon que vous êtes puissant ou non.

Yves Legrenzi

ITPE de la 50ème promotion, j’ai pris mon premier poste (aménagement et bases aériennes) à Rennes avant de changer de domaine en 2008 pour occuper un poste à Angers en DDEA puis DDT sur les thématiques transports, gestion de crises et sécurité routière.
Mon engagement syndical remonte à l’époque où j’étais encore élève. J’ai ensuite été secrétaire départemental 35 puis 49 avant d’être élu comme représentant du personnel à la CAP en 2009. Je suis aussi membre du bureau national du syndicat depuis le début de l’année.
Ces deux dernières années en CAP ont été riches en combats, tant les attaques sur notre gestion ont été nombreuses. Nous avons su en contrer beaucoup, et renverser le rapport de force. Or de plus grands changements sont encore à venir (fusion des corps d’ingénieurs), et nous devrons collectivement être très vigilants sur les conséquences sur la gestion du corps et les missions exercées par les ITPE. Dans ce contexte, je suis candidat pour un second mandat, afin de mettre à profit l’expérience acquise lors du mandat précédent pour assurer la défense individuelle et collective des ITPE.

Nadia Jacquot

J’ai commencé ma carrière en tant que technicienne avant d’intégrer l’ENTPE par la voie du concours interne en 1995. J’ai occupé différent postes dans les voies navigables, en tant que chargée de mission qualité en laboratoire, dans le logement social en tant qu’inspectrice… J’ai ensuite était directrice-adjointe de l’Association des ingénieurs des TPE (AITPE – ex-FormEquip) avant de devenir directrice adjointe des relations internationales de l’ENTPE. Mon engagement au service des ITPE a été constante aussi bien en tant que représentante locale, qu’à l’AITPE et depuis 2009 en tant qu’élue à la CAP. Je m’engage pour un nouveau mandat à la CAP car :
– Seule, je me sens impuissante et incapable de faire changer les choses.
– Pour contribuer à l’effort pour bâtir une force collective et démocratique
– J’aime creuser les problèmes au fond pour les résoudre
– J’aime les débats qui font progresser l’action collective.
En résumé : une participation individuelle pour plus de participation collective!

Stéphanie Pascal

Recrutée en tant qu’assistante technique en 1993, j’ai évolué au cours de ma carrière essentiellement dans les domaines ayant trait à l’urbanisme et à l’environnement. ITPE depuis 2008 via l’examen professionnel, je consolide mes compétences en urbanisme, via un poste traitant des problématiques de la ville durable et de la consommation foncière. Pour l’anecdote, à ma prise de poste, j’ai participé à l’élaboration du PRIR en région Centre, ce qui m’a permis de découvrir ce volet de gestion « numérique » des ETP.
Actuellement Secrétaire Régionale Centre du syndicat, je découvre pleinement la richesse de notre métier, mais aussi les risques encourus face à des projets de textes lourds de conséquences sur notre avenir, ou encore la détresse dans laquelle bon nombre d’entre nous se retrouvent aujourd’hui face aux incessantes réorganisations. Je suis candidate pour passer de la vision collective à la défense individuelle pour participer à la garantie de notre avenir et au respect de nos droits. Je suis prête à donner de mon temps et de mon énergie pour parvenir à écouter et à défendre tous les collègues.

Fabienne Carmignani

Ma carrière a commencé il y a une quinzaine d’années. Au cours de ces 4 postes, principalement au sein du Ministère en DDT ou subdivision, mais aussi en Agence d’Urbanisme, j’ai travaillé sur des projets complexes et partenariaux, autour de la ville durable que ce soit sur le thème des transports urbains et interurbains des grandes métropoles ou celui de l’aménagement urbain dans les quartiers HLM. En côtoyant les autres ministères qui ont une approche sectorielle, j’apprécie de travailler au sein du Ministère du Développement Durable parce qu’on mobilise des personnes et de multiples compétences pour arriver ensemble à un projet partagé. Je souhaite donc défendre les Ingénieurs TPE pour qu’ils conservent la richesse individuelle et collective de leurs parcours professionnels. Je pense que l’empathie professionnelle que nous avons pour réussir les projets peut aussi être mobilisée au niveau syndical pour proposer des solutions humainement adaptées aux cas compliqués.

Damien Courbe

Jeune Normand ayant fait ses classes dans la charmante bourgade du Havre, j’ai par la suite eu le plaisir de faire partie de la 53ème promotion de l’ENTPE où je me suis fortement investi au niveau associatif. J’ai ensuite occupé un premier poste en constructions publiques de la Creuse.
J’ai rapidement été sollicité pour devenir secrétaire départemental du syndicat. Les fortes évolutions dans les règles et les structures actuellement, ainsi que l’importance de la gestion nationale du corps face au brouhaha local, m’ont poussé à me présenter comme représentant des ITPE à la CAP. Le combat syndical devrait aboutir à l’amélioration des conditions de travail des agents, or aujourd’hui la déferlante d’actions contre la fonction publique nous oblige à lutter pour ne pas régresser. Nous sommes dépositaires des victoires que nos aînés ont gagnées de dure lutte, et il est de notre devoir de les défendre. La CAP est pour moi l’instance où le collectif et le particulier se rejoignent et c’est l’essence même du syndicalisme : défendre le collectif pour améliorer le particulier, défendre le particulier pour protéger le collectif. C’est peut être l’un des derniers lieux où les ETP sont des hommes, des femmes avec un souhait de vie, de carrière, de famille.

Thierry Latger

Mon parcours, bien que très centré sur le ministère, a été varié géographiquement et fonctionnellement. Après cinq postes en DDE et un en DIR, j’ai eu l’honneur d’être élu secrétaire général du SNITPECT-FO, pour défendre nos valeurs, nos missions et préparer notre avenir.
En cela, il existe un lieu de convergence pour tous les ITPE, un endroit où l’on passe tous un jour au cours de notre carrière : la CAP. Les élus vous y représentent, quelquefois pour accompagner et se réjouir des réussites, souvent écouter les difficultés et proposer des réponses, s’insurger contre les traitements iniques et les combattre… Ce lieu ne doit pas disparaître, c’est une ardente nécessité, pour que nous puissions y porter nos revendications dans la défense individuelle et la progression collective, avec comme ligne d’horizon un projet pour les ITPE. Notre force dépendra de vos votes.

Georges Kuntz

ITPE de la 27ème promo, j’ai un parcours très alsacien, mais fonctionnellement varié : Bases aériennes, subdivision territoriale polyvalente à l’époque où il y en avait encore, conseiller de gestion, responsable transport en DRE, Secrétaire Général du SNITPECT-FO, Ministère de la justice pour s’occuper de l’immobilier des palais de justice, et actuellement directeur du laboratoire des Ponts et Chaussées de Strasbourg.
Mon engagement syndical remonte à l’époque où j’étais élève à l’ENTPE, je participe aux instances nationales depuis 1985 et élu à la CAP de 1990 à 1999 avant de reprendre du service depuis 2009.
Je suis à nouveau candidat pour tenter « d’éclairer » une administration de plus en plus lointaine, éthérée et bureaucratique sur l’intérêt pour tous de prendre en considération les spécificités de chaque cas particulier dans ses décisions de gestion.

Eric Hennion

Entré au ministère de l’équipement, du logement et des transports (MELT) par l’école des techniciens en 1985, j’ai depuis parcouru 10 postes et 10 départements, en comptant, il est vrai, un passage de quelques années par l’ENTPE. Ces postes m’ont permis d’aborder des métiers et des domaines aussi différents qu’intéressants allant de l’informatique au maritime et ses nombreuses composantes en passant par la subdivision territoriale, le bâtiment (conduite d’opération ou développement des techniques) ou encore la gestion de l’eau en terme de qualité comme de quantité (en trop ou en moins…). Ils m’ont aussi permis d’intervenir dans différentes structures (« centrale », DDE, DDTM ou CETE) et de développer une compétence management.
Je souhaite mettre à profit cette expérience. A entretenir le réseau des ingénieurs des TPE, certes, mais aussi à aider et défendre les collègues pour que soient considérées leurs compétences, leurs difficultés au sein de structures sans cesse en réorganisation et également leurs conditions de vie. La CAP constitue une instance toute indiquée cela.

Véronique chandelier


Sortie de l’ENTPE en 1999, j’ai fait la majeure partie de mon parcours dans le domaine des constructions publiques, en DDE puis en détachement, d’abord au ministère de la justice puis actuellement chez Poste Immo, filiale immobilière de la Poste. Le fait d’être en région parisienne m’a permis de pouvoir enrichir considérablement mon expérience professionnelle tout en continuant de travailler dans un domaine, le bâtiment, que je trouve passionnant.
Je souhaite profiter de ce mandat de CAP pour promouvoir les parcours hors ministère, qui viennent considérablement enrichir notre corps. ce sont ces expériences, ajoutées au compétences reconnues au sein du ministère, qui font la force des ITPE et un grand atout pour le ministère.

Alberto Dos Santos


J’ai débuté mon parcours en 1995 en DRIRE Alsace dans le domaine de l’énergie et du contrôle des concessions hydro-électriques du Rhin. En 1999 j’ai rejoins le service de la navigation de Strasbourg comme responsable de cellule avant de devenir subdivisionnaire pendant 4 ans. De 2006 à avril 2009 j’ai été responsable d’opérations au SMO de la DRE Champagne Ardennes. Suite à mon accès au divisionariat j’ai d’abord occupé le poste de chef du service Systèmes et réseaux à la DIR Est avant d’occuper le poste de chef-adjoint du service des politiques routières.
L’intérêt général et la défense des camarades a été une de mes préoccupation de toujours: délégué des élèves à l’ENTPE; participation au lancement de la section élève du SNITPECT-FO; participant de la délégation élève des discussions au livre blanc des années 1994-1995; enfin Secrétaire Départemental et Délégué Régional. Les moments que nous vivons actuellement et les jours et années qui viennent nous demandent de nous engager encore plus pour la défense des intérêts collectifs et personnels. Je vous propose donc ma contribution à cet effort et vous demande aussi à tous de nous aider dans ces moments et à cette époque charnière pour notre corps.

Evelyne Hoden

Entrée au ministère en 1976, j’ai construit mon parcours professionnel de commis puis technicien jusqu’à ingénieur divisionnaire, en même temps que Bernard, mon époux, lui aussi technicien puis ingénieur, actuellement en poste à la DIRMed. Cette évolution, vécue au travers d’une quinzaine de postes, m’a fait profiter de la formidable diversité de nos champs d’intervention (techniques ou règlementaires), de nos postures (conseil, expertise, régalien, communication), tout en s’imprégnant de contextes géographiques et humains très diversifiés dans les sept départements découverts en famille, dont les plus marquants sont un séjour de 11 ans en Guyane et 8 ans en deux séjours sur l’Ile de beauté.
J’adhère au SNITPECT-FO depuis mon entrée dans le corps des ingénieurs par examen professionnel promo 2000 et j’ai pu contribuer aux réflexions du syndicat par le biais des remontées du terrain des sections départementales. J’attache beaucoup d’importance à la reconnaissance des efforts individuels et à la valorisation des agents qui savent relever les défis de positionnements nouveaux et de mobilité. Je pense pouvoir contribuer à la prise en compte du vécu de terrain dans l’analyse des propositions d’évolution de carrière et participer ainsi au rôle essentiel du SNITPECT-FO dans le conseil aux collègues.

Laisser un commentaire