Qui sommes-nous? > Publications > Revendications > Relevés de décision de la CE > Souffrir et subir n’a jamais valorisé personne ! Pas même les cadres !

Souffrir et subir n’a jamais valorisé personne ! Pas même les cadres !

A l’heure où la nation s’émeut des effets dévastateurs du management des cadres dans certaines entreprises et du mal vivre que peut entraîner le manque de reconnaissance et de respect des individus, il apparaît utile de s’intéresser au traitement infligé par l’administration aux cadres du ministère des transports, de l’équipement, du tourisme et de la mer, et en particulier aux ingénieurs des TPE.
Par analogie avec ce que peuvent connaître les entreprises du secteur privé, le ministère de l’équipement connaît aujourd’hui, du fait de la décentralisation et de la LOLF, un plan de restructuration sans précédent. Ses salariés découvrent les délocalisations, les transferts non choisis et les positionnements subis, qui constituent des solutions par défaut. Dans ce ministère bon élève docile aux yeux du Budget et de la Réforme de l’Etat, l’encadrement a eu la responsabilité de réorganiser pour la énième fois ses services, parfois en dépit du bon sens et à un rythme toujours plus soutenu, de faire toujours plus avec toujours moins, d’exiger de ses collaborateurs des efforts et des gains de productivité toujours plus ambitieux, sans réel retour ni reconnaissance. Au contraire, il lui a fallu accepter des décisions réduisant chaque jour un peu plus le champ d’intervention, remettant en cause les missions naturelles de ce ministère, conduisant à un « Equipement sans lendemain », à la destruction de l’ingénierie publique et de la territorialité, à la fin d’un Etat prestataire, partenaire et solidaire. Dans le privé, on appelle ça « mettre l’entreprise sous tension » : voir les récents cas relayés par la presse et leur cortège de suicides ! Et tout ceci sans accompagnement ni approche sociale. L’administration ne sait pas gérer ce type de situation et s’imagine qu’il suffit de quelques réunions d’information, accompagnées au mieux de quelque aumône pour gagner la paix sociale.

Alors que le personnel a eu à conduire ou à subir des réformes lourdes de contraintes et occasionnant un recul professionnel sans précédent, il n’a pas même droit, de la part de l’administration, à un traitement compréhensif et attentif de ses difficultés. Paradoxalement c’est le contraire qui est observé, avec un durcissement extrême des positions. (…)

——————
Texte intégral de la déclaration à télécharger ci-contre à gauche.

Laisser un commentaire


Documents liés