Employeurs > Ministère de l'Ecologie > Conditions de travail > Risques Psychosociaux > Au MEDDTL, on redéploie… les postes supprimés !

Au MEDDTL, on redéploie… les postes supprimés !

Lors du CTPM présidé par le Ministre le 7 octobre, il avait été annoncé aux représentants du personnel une suppression de 1 287 ETP en 2011. Ce qui, déjà, constitue un vrai mensonge, puisque cette suppression ne tient pas compte de la vague de suppression massive des postes vacants dès le début 2011 grâce à VISIOM POSTES (dès 2011, les postes ne pourront être publiés que s’ils sont prévus dans le logiciel VISIOM POSTES qui ne comprendra que les postes correspondant à la cible de fin d’année)…

Mais l’administration n’a jamais voulu dire comment elle comptait appliquer cette nouvelle saignée … Pourtant, nous avons réussi à obtenir un document officiel présentant la répartition de ces suppressions !Un rapport de la commission sénatoriale sur le budget de la mission ‘Écologie, développement et aménagement durable’ de novembre 2010 présente le projet de l’administration qui répartit les suppressions d’effectifs. Il s’agit d’une information que l’administration n’a jamais voulu présenter aux représentants du personnel tout en faisant une diffusion publique !

-* – 226 ETP sur les fonctions supports : alors que Chorus doit être déployé, que les fusions restructurations nécessitent des besoins supplémentaires, que les enjeux de formation sont fondamentaux de l’aveu même de notre ancien ministre en CTPM, les secrétariats généraux vont devenir exsangues !

C’est en moyenne l’équivalent de 2 PSI qui disparaissent avec cette suppression.

-* – 788 ETP sur la suppression de l’ingénierie publique concurrentielle : alors que les besoins en ingénierie sont de plus en plus prégnants pour assurer une présence technique de l’Etat (en particulier au niveau départemental).
On nous a fait croire qu’il y avait des besoins sur des postes Grenelle ! Mais au lieu de redéployer, le ministère supprime !

3 à 4 DDT qui disparaissent symboliquement avec cette suppression.

-* – 90 ETP pour la réorientation de l’activité des CETE : alors que les CETE constituent la colonne vertébrale du ministère, que les compétences collectives et individuelles présentent dans les CETE sont utiles à l’ensemble de la sphère publique et peuvent être utilisées pour l’ensemble des champs du ministère et au-delà (risques, énergie…). Plutôt que de réorienter, le ministère supprime ! Le Direction de la Recherche et de l’Innovation doit assumer les choix qu’elle fait :

L’équivalent d’un laboratoire disparaît avec cette suppression.

-* – 50 ETP au titre de la rationalisation de l’organisation de VNF : le message est clair, une rationalisation de l’organisation d’un établissement public implique de supprimer des effectifs dans les services de l’Etat !

Une subdivision voies navigables entière disparaît symboliquement.

-* – 45 ETP pour la réorganisation des services d’ingénierie routière : il s’agit d’une annonce RGPP, sans aucune concertation ni information auprès des agents.

A travers ce document sénatorial, nous apprenons que l’équivalent d’un SIR important va disparaître l’année prochaine,

-* – 63 ETP pour la rationalisation des services des affaires maritimes : cette mesure montre toute l’importance consacrée à la Mer et se passe de commentaires.

Encore l’équivalent d’un service supprimé

-* – 15 ETP de gain de productivité sur les postes d’OPA dans les parcs de l’équipement demeurant dans les services du MEEDDM après le transfert aux Conseils Généraux : Il s’agit simplement de comptabiliser les départs à la retraite des OPA qui ne seront pas transférés aux Conseil Généraux. Cela montre le peu de considération du ministère pour les agents qu’il entend transférer.

C’est la mise en extinction des derniers OPA présents dans les DIR.

-* zéro suppression d’emplois dans l’administration centrale…

Les autres services apprécieront.

La découverte inopinée de ce document montre tout le mépris de l’administration du MEDDTL pour les représentants du personnel, à qui on cache des informations de première importance pour l’avenir de nos services.

Télécharger l’extrait du rapport sénatorial ci-contre à gauche

Laisser un commentaire


Documents liés